Contre la maladie de Parkinson, la solution unique et universelle n’existe pas, il n’existe que des solutions tenues ensemble, que vous devez trouver par vous-même, pour un temps donné et dans une situation donnée. La stratégie de combat est globale et toujours évolutive : elle exige tout à la fois, un mental, un style de vie, une vision de la vie, un traitement pharmacologique, voire biotechnologique !

Auto-Détection de Somnolence avec l'échelle d'Epworth


Vigilance requise !

Dans la maladie de Parkinson, la somno­lence exces­sive pendant la journée est fréquente. Elle contribue à la dété­rio­ra­tion de la qualité de vie des parkinsoniens. Les parkinsoniens victimes d'acci­dents ont rapporté des accès brutaux de sommeil ou attaques de sommeil, suite à la prise de nouveaux agonistes dopaminergiques. En fait, ces accès de sommeil irré­pres­sible consti­tuent le point culmi­nant d’une somno­lence exces­sive préexis­tante qui se trouve exacerbée par un effet sédatif supplé­men­taire apporté par l’adjonction d’un agoniste dopa­mi­ner­gique quel qu’il soit.
Le parkinsonien sera amené à connaitre des hyper-somnolences diurnes qui peuvent être dangereux pour lui mais aussi pour autrui notamment dans la conduite automobile.

Somno­lence au volant = danger !

Et, à cet égard, la loi française ne fait pas dans la "dentelle", par l'arrêté ministériel du 7 mai 1997 du code de la route qui a bien répertorié les patho­lo­gies du sommeil et les troubles de la vigi­lance (apnée du sommeil, narco­lepsie, hyper­somnie idio­pa­thique, …) interdisant la conduite de tout véhicule et qui constitue des infractions au code de la route. Je vous laisse imaginer les conséquences multiples en cas d'accident sur autrui...

La maladie ne nous dédouane pas d'un comportement citoyen, il est donc impératif de se faire ce test périodiquement dès qu'on sent ou pressent la persistance de cet état, et si le résultat s'avère être positif, il faut prendre, séance tenante, la décision d’arrêter de conduire et prendre les dispositions nécessaires pour se faire véhiculer.


Cette échelle comprend 8 situa­tions de votre vie quoti­dienne au cours desquelles vous devez évaluer le risque de vous assoupir. Elle est donc effi­cace pour prédire les endor­mis­se­ments au volant.
Ce questionnaire aide à mesurer votre  niveau général de somnolence, il n'établit pas un diagnostic. Apportez le à votre médecin pour discuter avec lui !

 ______________________________________________
L’échelle de somno­lence d’Epworth

Vous arrive-t-il de somnoler ou de vous endormir (dans la journée) dans les situations suivantes: Même si vous ne vous êtes pas trouvé récemment dans l'une de ces situations, essayez d'imaginer comment vous réagiriez et quelles seraient vos chances d'assoupissement.
  • notez 0 : si c'est exclu. «Il ne m'arrive jamais de somnoler: aucune chance,
  • notez 1 : si ce n’est pas impossible. «Il y a un petit risque»: faible chance,
  • notez 2 : si c’est probable. «Il pourrait m’arriver de somnoler»: chance moyenne,
  • notez 3 : si c’est systématique. «Je somnolerais à chaque fois» : forte chance.

Questionnaire
  • Pendant que vous êtes occuper à lire un document 

  • Devant la télévision ou au cinéma 

  • Assis inactif dans un lieu public (salle d'attente, théâtre,  cours, congrès ...) 

  • Passager, depuis au moins une heure sans interruptions, d'une voiture ou d'un transport en commun (train, bus, avion, métro ...) 

  • Allongé pour une sieste, lorsque les circonstances le permettent 

  • En position assise au cours d'une conversation (ou au téléphone) avec un proche 

  • Tranquillement assis à table à la fin d'un repas sans alcool     

  • Au volant d'une voiture immobilisée depuis quelques minutes dans un embouteillage 
= Total de votre Score de 0 à 24
  • En dessous de 8 : vous n'avez pas de dette de sommeil.
  • De 9 à 14 : vous avez un déficit de sommeil, revoyez vos habitudes.
  • Si le total est supérieur à 15 : vous présentez des signes de somnolence diurne excessive. Consultez votre médecin pour déterminer si vous êtes atteint d’un trouble du sommeil. Si non, pensez à changer vos habitudes.