Contre la maladie de Parkinson, la solution unique et universelle n’existe pas, il n’existe que des solutions tenues ensemble, que vous devez trouver par vous-même, pour un temps donné et dans une situation donnée. La stratégie de combat est globale et toujours évolutive : elle exige tout à la fois, un mental, un style de vie, une vision de la vie, un traitement pharmacologique, voire biotechnologique !

MP : les symptômes non moteurs

la face cachée de la Maladie de Parkinson

En plus de ces manifestations motrices observables, la Maladie de Parkinson (MP) est associée à des symptômes dits « non moteurs ». Cette appellation recouvre un vaste ensemble de problèmes, plus de quarante (40) dont les principaux sont énumérés ci-dessous.
La diversité des atteintes non motrices est le reflet de la diversité des lésions du système nerveux. Avec la durée de la maladie, et surtout l’âge, les pertes neuronales s’étendent à la majeure partie du système nerveux de façon très variable selon les personnes et peuvent ainsi perturber la qualité de vie. 


Il faut porter une grande attention à ses nombreux symptômes non moteurs. car il faut savoir que ces problèmes ne sont pas dus à un manque de dopamine et qu'ils ne sont pratiquement pas améliorés par les traitements courants (dopaminergiques). L’importance des dépressions, douleurs, troubles du sommeil et autonomes augmente avec l’évolution de la maladie. Certains symptômes non moteurs peuvent (doivent!) être améliorés par des mesures appropriées.

1. - Symptômes non moteurs

Symptômes neuropsychiatriques
  • Dépression
  • Anxiété
  • Asthénie
  • Hallucinations
  • Atteintes Cognitives
Problèmes digestifs
  • Constipations
  • Hyper-salivation
  • Dysphagie  : c"est la sensation de gêne ou de blocage ressentie au moment de l'alimentation, lors du passage des aliments dans la bouche, le pharynx ou l’œsophage
Problèmes du Sommeil
  • Trouble du comportement en sommeil paradoxal
  • Insomnie
  • Hyper-Somnolence diurne
Problèmes sensoriels
  • Douleur
  • Hyposmie (la diminution de l'odorat)
  • Diplopie, vision embrouillée : c'est le fait d'avoir une vision dédoublée alors qu'un seul et unique objet est présent.
Dysfonctionnement du SNA (Systèmes Nerveux Autonomes)
  • Hypotension orthostatique (c'est une diminution de la pression artérielle lors du passage de la position couchée ou assise, à la position debout)
  • Impériosité mictionnelle et nycturie (incontinence)
  • Troubles sexuels (érection et orgasme)
  • Transpiration ou Sudation excessive
Autres 
  • Hypophonie (altération du ton ou du timbre de la voix)
  • Dermite séborrhéique (une maladie de la peau qui se manifeste par des rougeurs et des squames prédominant sur le visage)
Si les manifestations motrices de la MP prennent le devant de la scène, les symptômes non moteurs sont souvent sous diagnostiqués et même sous-signalés par les patients eux-mêmes, il y a même des médecins généralistes qui méconnaissent leurs existences. Or, (Repère)  la quasi-totalité (+99 %) des patients parkinsoniens vont présenter en moyenne sept (7) symptômes non moteurs au bout de cinq à dix années d’évolution de la maladie. Ce cumul parfois impressionnant représente un fardeau plus important sur la qualité de vie des patients que les symptômes moteurs et constitue les déterminants principaux de la perte d’autonomie et du placement en hébergement des vieilles personnes parkinsoniennes.
La physiopathologie° des symptômes non moteurs dans la MP est complexe et met en jeu d’autres neurotransmetteurs que la dopamine, comme la sérotonine et la noradrénaline. 



Repère  : Les troubles de l’humeur sont extrêmement fréquents chez les parkinsoniens, la dépression constituant le principal facteur d’atteinte à la qualité de vie.


2. - Calendrier d'apparition des symptômes non moteurs

Il y a un modèle en six étapes permettrait d’expliciter en partie la chronologie de l’apparition des symptômes non moteurs et le fait que certains précèdent, parfois de plusieurs années, l’apparition des symptômes moteurs.  :

  • Stades 1 et 2  - régions touchées : bulbe olfactif et  région bulbopontine  - signes et  symptômes : hyposmie et problèmes SNA
  • Stades 3 et 4 - régions touchées : substance noire et  régions amigdalolimbiques - signes et symptômes : troubes du sommeil, troubles de l'humeur et troubles moteurs
  • Stades 5 et 6  - régions touchées : diffusion à l'ensemble du néocortex  - signes et symptômes : atteintes cognitives 
Repère  : Une proportion impressionnante (de 75 % à 90 %) des parkinsoniens vont souffrir d’atteintes cognitives de type sous-corticofrontal.

3. - Principaux problèmes de sommeil dans la maladie de Parkinson

  • trouble du comportement en sommeil paradoxal
  • insomnie, sommeil fragmenté
  • syndrome des jambes sans repos
  • apnée du sommeil
  • somnolence diurne excessive et attaque de sommeil

4. - Fluctuations non motrices

  • sensorimotrices : douleurs des membres inférieurs, paresthésies (anomalie des sensations), acathisie (impossibilité de s'asseoir ou difficulté de rester dans la position assise)
  • neurovégétatives : pâleur, transpiration excessive, pollakiurie 'besoin fréquent d'uriner)
  • psychiques et cognitives : attaques de panique, confusion, dépression